Un projet égalitariste

Dans les derniers articles, j'ai formulé une critique radicale de notre modèle de société, critique sur laquelle je reviendrais probablement. Je ne souhaite cependant pas m'en contenter et je vais aussi m'aventurer dans la formulation de propositions. Pour cela, je vais exposer un projet social qui redonne toute sa place à l'idée d'égalité, un projet égalitariste.

Le mot égalité vient du latin aequus dont le sens propre signifie "uni, en plaine". En terme politique, une définition générale est la suivante : "Principe selon lequel les individus, au sein d’une communauté politique, doivent être traités de la même façon"1. Son sens exact dans la sphère politique est l'objet de tous les débats. Que signifie précisément "être traités de la même façon" ?

Je ne crois pas que le projet néolibéral de mise en compétition, de classement, et d'accumulation sans limite de richesses soit un projet égalitaire. Penser l'égalité nous demande de repenser nos fonctionnements, de penser l'égalité dans le travail, l'égalité dans la distribution des richesses, d'inventer les outils et les institutions qui s'assureraient d'une égalité réelle dans toutes les dimensions de la vie sociale.

Les philosophes et les économistes néolibéraux objecteront que l'égalité conduit à la médiocrité et à l'appauvrissement. Je ne le crois pas. L'égalité n'est pas la mollesse ou la loi du pire, l'égalité peut être une égalité d'excellence, une excellence qui se fait avec tout le monde et non pas au détriment de certains.

L'égalité requerrait un autre cadre pour notre liberté. Il ne serait peut-être plus possible de maintenir l'immense liberté dont jouissent certains privilégiés. Mais cette liberté est une liberté qui se fait au dépend des autres, au dépend du labeur pénible des moins riches, ou au dépend des générations futures dont les conditions de vie sont menacées. Si nous souhaitons mettre fin à l'exploitation de l'homme par l'homme et à la dégradation de l'environnement, nous devons penser une liberté durable et partagée entre tous.

Enfin, l'égalité est une condition de la démocratie. C'est parce que les citoyens sont véritablement égaux entre eux qu'ils peuvent construire un débat collectif fructueux et constructif. C'est dans cette configuration que la fraternité est elle aussi possible, dans le respect de l'autre comme un égal et non pas un supérieur ou un inférieur.

1. Égalité, wiktionnaire (lien)

Date de création : 04 décembre 2018
Retourner à la liste